Si Bamako m’était conté (© Baptiste de Ville d'Avray)