Des heures violentes (© Maxime Dufay)